12 décembre 2012

FOOTBALL ET CALVITIE : MAIS QUE FAIT LA POSTICHE ?

Juin 2011. Les implants de Wayne Rooney brisent un tabou du football moderne. Face aux Pirlo, Beckham, Totti et consorts, les dégarnis du pré peuvent-ils rivaliser avec les gravures de mode des terrains ? Plus grave : la calvitie joue-t-elle un rôle dans la performance d'un joueur ? Une enquête tirée par les cheveux. Lol

La teigne rousse

La toison dort

« Je dois admettre que j'avais l'habitude de me regarder le matin et de me dire « Putain, tu vas être chauve alors que tu es encore un jeune garçon ». Ces paroles pleines de bons sens ne viennent pas d'un adolescent emo qui aurait abusé sur le fer à lisser. Non, celui qui flippe ainsi en voyant sa belle tignasse foutre le camp, c'est Mister Rooney, le serial buteur de ManU. C'est décidé, il va franchir le pas. Il annonce même la grande nouvelle à ses fans sur Twitter : « Juste pour confirmer à tous mes followers que j’ai eu une greffe de cheveux. J’allais devenir chauve à 25 ans, alors pourquoi pas ». Pour la bagatelle de 10.000 livres, l'attaquant anglais retrouve ainsi du poil de la bête (mdr). Avouons-le, le résultat final est plus que dégueu : son toupet nous ferait presque regretter le Raul Mereileich période Chelsea, c'est dire. Mais que faire ? Les joueurs guettés par la calvitie peuvent-ils exister face aux belles gueules du football, qui font se pâmer hommes et femmes en trustant les couv', de Têtu à Elle ?

Scalp ou pas scalp ?

« J'ai fait des implants, mes cheveux ont repoussé : en ce moment j'ai une queue-de-cheval ». Cette déclaration de Florent Pagny suffit à boycotter définitivement les implants et les télé-crochets. Ainsi, certains joueurs ont décidé de ne pas se laisser faire par les diktats de la mode et de mère nature. Chacun à leur manière, ils ont inventé un style, unique, qui les rend reconnaissable même en choisissant la caméra TV de Fifa. Passés maîtres dans le ravalement de façade, ils s’accommodent de cette injustice capillaire. Pour le meilleur et souvent pour le pire. Tour d'horizon de ces Valérie Damidot de la touffe.


Bruno Grougi, la Pocahontas du Ponant

Calvitie, c'est Brest

Le natif de Caen arbore fièrement son combo dégarni-petites tresses mignonnes « souvenir de classe de mer CM1-CM2 » sur les terrains de Ligue 1. Une influence sur son jeu ? Cette saison, il n'a pas encore marqué, ni délivré la moindre passe décisive. Pourtant, la Groug' reste sur deux très bonnes saisons : neuf buts et six passes décisives pour sa découverte de l'élite en 2010/2011, neuf buts et quatre passes décisives l'an passé. Un problème physique ? « Je suis moins bien depuis quelques matchs alors que je me sens de mieux en mieux physiquement, déclare l’intéressé. Quand j'aurai atteint mon niveau d'excellence physique, je pourrai répéter les efforts et j'aurai plus de lucidité dans le dernier geste ». Attention cependant à l'hygiène après l'effort. Notre expert est formel : « Contrairement aux idées reçues, le sport est bénéfique pour les cheveux, il aide à éliminer les résidus sébacés. Mais il y a certaines précautions à prendre : la transpiration ne doit pas rester sur le cuir chevelu car elle risque de déséquilibrer son pH. Il faut donc ensuite bien se rincer les cheveux, ou les laver en utilisant des produits doux et peu moussants ». Nono devra donc faire un choix cette saison : scorer de belle manière ou garder sa belle crinière. Le milieu déf' semble avoir pris sa décision : « Le cliché sur les footballeurs qui m'énerve le plus ? Que les gens nous voient comme des top models qui se recoiffent tout le temps ». Tremblez gardiens de Ligue 1.

Le chauve sourit


Gervais Yao Kouassi dit Gervinho

Ouvre les rideaux, on ivoirien

Gervais voit le jour en 1987 à Anyama, une ville située à 10 km d'Abidjan en Côte d'Ivoire. Rien ne le prédispose alors à l'alopécie (premier et dernier terme savant de l'article) : selon le toujours sérieux Doctissimo, les Africains sont en effet moins sujets à la calvitie que les Européens. Les photos de jeunesse de Gervais prouvent que le garçon était autrefois bien fournit capillairement. Son arrivée dans l'hémisphère nord en 2005 a peut-être inversé la tendance : trop de froid, trop de stress, des tresses. Surnommé « Cléopatre » dans le vestiaire lillois, Gervihno a compensé son angoisse en se tressant les tifs. Le site Balding Celebrities (Célébrités avec une calvitie naissante) dresse un constat sans appel : « It seems that his brave hairstyle is a result of him trying to hide his large forehead. I am unsure whether this is due to male pattern baldness or a feature he was born with. As a braid wearer he is at risk of developing traction alopecia, so things could conceivably get even worse for Mr. Gervinho / Il semble que sa coiffure courageuse est un résultat de lui essayant de cacher son grand front. Je suis incertain si ceci est dû à la calvitie de modèle masculine ou une caractéristique (fonction) il est né avec. Comme un porteur de tresse il est en danger d'alopécie de traction se développant, donc les choses pourraient évidemment devenir encore plus mauvaises pour M. Gervinho ». Note : l'auteur de cette article étant une tanche en anglais, toutes les traductions sont issues de Reverso. Si t'es pas content, appelle le SAV du site au 06 77 03 21 48.

Le Front Populaire


Dans sa prochaine livraison, Le Foot à Papa mettra à l'honneur deux nouveaux aventuriers du caillou.

Jean-François Copé approuve cet article

M.H.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire